Camille Hilaire (1916-2004) Grand Nu Cubiste

Important tableau peinture huile sur toile signé HILAIRE (Camille Hilaire 1916-2004) Belle composition figurative Post-Cubiste mettant en scène une jeune femme nue dans l'atelier de l'artiste animé de divisions aux formes géométriques simples et précises multipliant les points de vue, l'ensemble est rythmé par un délicat agencement de couleurs éclatantes et lumineuses créant une constante sensation de calme, d’ampleur et de grandeur. Bel encadrement modèle caisse américaine. Dimensions: 100 cm X 81 cm / a vue: 92 cm X 73 cm



Camille Hilaire est né en 1916 à Metz. Jeune il est alors repéré par Jean Giono et Nicolas Untersteller, le futur directeur des Beaux-Arts de Paris, tous les deux accueillent Camille Hilaire dans leur atelier à Metz, puis il intégrera l’École des Beaux-Arts de Paris, il est l’élève de Nicolas Untersteller et de Maurice Brianchon. Ce succès académique lui ouvre les portes des différents Salons parisiens. Au fur et à mesure de sa carrière, il bénéficie d’une forte reconnaissance par ses pairs. Ainsi, en 1947, il devient professeur de dessin et de compositions décoratives à l’École Nationale Supérieure d’art de Nancy. Par ailleurs, en 1950, il participe au Prix de Rome et remporte le 2e second Grand Prix. En 1958, il est nommé professeur de l’École Nationale Supérieure des Beaux-Arts de Paris. De plus, la même année, il obtient le prix de la société des amateurs d’art. Dans la seconde partie de sa carrière, il développe une appétence pour l’aquarelle, mais surtout pour la peinture de vitraux et les tapisseries. Il réalisera de nombreux vitraux dans quelques grandes églises en France, ce qui lui permettra de voyager, Camille Hilaire était influencé par beaucoup de petites et grandes rencontres. Ainsi, les grands maîtres italiens de la Renaissance ont inspiré son jeu de lumière dans la majorité de ses tableaux. Par ailleurs, au début de sa carrière, il est confronté aux œuvres d’Albrecht Dürer, qui influence son trait fin et précis. A partir de 1964, il commence à exposer en France puis à l’étranger, obtenant de nombreux prix et en se consacrant à différentes techniques comme les grands décors, les mosaïques, les costumes de théâtre la tapisserie, l’aquarelle sans oublier les vitraux. Raymond Charmet, peintre et critique d’Art, disait en parlant de lui : « Hilaire, peintre complet et réfléchi, pénètre profondément les masses d’une rayonnante lumière, recomposant l’arc-en-ciel dans son intensité. Il poursuit ainsi l’effort cézannien pour retrouver l’architecture de la matière qu’il nous suggère par une atmosphère chaude, rayonnante de joie ». En Lorraine, on peut voir exposées quelques-unes de ses œuvres, notamment au Musée de la Cour d’Or de Metz et au Musée des Beaux-Arts de Nancy.Une vingtaine d’églises en Lorraine sont ornées de vitraux signés Camille Hilaire, dont quatre sur notre territoire : les églises Saint-Nicolas et Saint-Joseph de Yutz, l’église Saint-Maximin de Thionville et l’église Saint-Luc de Rochonvillers. Christiane Gérard écrivait à ce sujet dans le Trait d’Union, le journal de Yutz : « Mais c’est surtout par la luminosité séduisante du vitrail, par les lignes de forces et de rythmes nés d’un cubisme bien médité que Camille Hilaire s’exprime dans de nombreux édifices religieux en Lorraine, particulièrement dans les églises Saint-Nicolas et Saint-Joseph de Yutz dont la réalisation des vitraux en cristal de Baccarat fut confiée à l’Atelier Benoît de Nancy en 1958 ». Camille Hilaire s'inscrit dans une certaine tradition de la peinture académique, mais en synthétisant le sujet parfois jusqu'à l'abstraction. Il joue avec les formes, la lumière et les couleurs avec maestria, il a souvent accepté des commandes officielles, comme le décor des paquebots France et Liberté.


Catégorie : Oeuvres d'art
Style : Art Moderne
Epoque : 20ème siècle

Prix sur demande



AEF Back to Top