one secret world gallery
one secret world gallery



Napoléon Bonaparte 1807 rare affiche d epoque empire Grande Armée Heilsberg Combats Spanden

Rare, 78 eme bulletin de la grande armée d'époque.
Taille environ 40 cm par 51 cm. ( pliée en 4 ) à été affiché ( petits trous peu visibles ). Bon état.

Historique: La bataille de GUTTSTADT, qui se déroule les 4, 5, 6 et 7 juin 1807 à Guttstadt, fait partie des combats préparatoires à la bataille de Friedland. Après la bataille d'Eylau, l'armée française prend ses quartiers d'hiver derrière la Passarge. En mars, le 6e corps du maréchal Ney est chargé par Napoléon Ier de reprendre la ville de Guttstadt pour empêcher les russes de se servir de l'Allemagne pour masquer leurs mouvements. Les français s'y maintiennent jusqu'au mois de juin dans des conditions difficiles en raison du manque d'approvisionnements. Le commandant russe, le général Levin August von Bennigsen, décide de surprendre l'armée française alors qu'elle est encore dans ses cantonnements et par conséquents très dispersée. Accompagné du grand-duc Constantin, il se présente le 4 juin 1807 à la tête de 50 000 à 63 000 hommes face aux 15 000 hommes du 6e corps. Simultanément, le corps prussien de L'Estocq attaque le 1er corps du maréchal Bernadotte à Spanden et Dokhtourov attaque le 4ecorps du maréchal Soult à Lomitten. Le maréchal Ney dispose la division Marchand au nord de Guttstatd, autour du village d'Altkirch et la division Bisson au sud de la ville, autour des villages de Glottau, Knopen, Lingnau et Queetz. Au matin du 5 juin, le général Bagration enlève Altkirch, mais suspend son offensive pour attendre l'arrivée des forces de Sacken. À son arrivée, Ney se replie lentement sur Ankendorf, ce qui permet à Gortchakov de traverser l'Allemagne à Guttstadt. Le soir, les français tiennent une ligne appuyée sur le lac de Queetz et une forêt au nord de Deppen. Le matin du 6, les russes reprennent l'offensive, et le maréchal Ney, désespérant de l'arrivée des secours d'autres corps, se trouve contraint à la retraite. Plusieurs fois encerclés, les Français se fraient un passage à la baïonnette et profitent de la mollesse de la poursuite russe pour ne laisser qu'un minimum de prisonniers.
Ces Bulletins décrivent presque exclusivement l’activité militaire et les plans de la Grande Armée et de ses opposants – actuels ou potentiels. Ici et là on trouve des commentaires élogieux sur des soldats, des officiers et les unités pour telle ou telle action. Ils s'adressent non seulement aux militaires de la Grande Armée, à qui elle permet de mieux appréhender la globalité de l'action à laquelle ils participent, mais aussi au public et aux cours étrangères. C'est à ce titre un prodigieux outil de communication de Napoléon, ce qui a fait naître parmi les grognards l'expression «menteur comme un Bulletin» ou « mentir comme un Bulletin».

Largeur : 40
Hauteur : 50

Catégorie : Univers de l'écriture
Style : Empire
Epoque : 19ème siècle

Prix : 250

paypal




AEF Back to Top