Montigny/Loing Grand Cache-Pot Impressionniste

Important cache-pot Art Nouveau époque début XXe à décor impressionniste par la manufacture d'Eugène Schopin à Montigny-sur-Loing (cachet sous la base) signature dans le décor PIERRE ( attribué pour Pierre Renoir, céramiste puis grand cinéaste, il est le fils du célèbre Auguste Renoir). Belle composition à décor naturaliste tournant peint avec beaucoup de matière figurant une jetée de fleurs. Bon état général, dimensions: 34 cm de haut X 33 cm de large.



1872-1958, presque cent ans de production de faïence et de grès, à Montigny-sur-Loing et à Marlotte, une aventure extraordinaire vécue entre céramistes, peintres et sculpteurs décorateurs. Au nord de la forêt de Fontainebleau, le village de Barbizon, lieu de rencontre des peintres du XIXe siècle, est universellement connu. Au sud, Montigny-sur-Loing et Marlotte, bien que moins célèbres, furent eux aussi, à la même époque, investis par des artistes. C'est à la valeur des céramistes, souvent eux-mêmes peintres décorateurs, et à la présence de ces artistes que l'on doit l'originalité, la qualité, le renouvellement et le succès de la production des faïenceries qui s'y implantèrent. Eugène Schopin, Georges Delvaux, Boué et Petit et Louis Baude, à Montigny-sur-Loing, Aristide Bézard et Emile Mousseux, à Marlotte, pour ne citer qu'eux, créèrent des décors dont l'excellence et la beauté étonnent aujourd'hui encore. On y sent les influences de l'École de la nature, qui a atteint des sommets à Barbizon, du japonisme et de l'impressionnisme naissants. Ces céramistes employèrent un procédé nouveau, le décor à la barbotine colorée, mis au point peu de temps auparavant par Ernest Chaplet. Cette technique s'apparente à celle de la peinture à l'huile ; les peintres pouvaient donc s'y exprimer pleinement. Mais la mode brûle ce qu'elle a adoré, et les amateurs se lassèrent de la barbotine. Les céramistes trouvèrent alors dans les grès une autre source d'inspiration. L'Art nouveau, en plein essor, permit aux sculpteurs d'imaginer de nouvelles formes. Là aussi, le succès les attendait. La Grande Guerre interrompit cet élan, jusqu'à l'installation de jean Renoir en 1922, avec Louis Baude, à Marlotte, où il réalise quelques céramiques. Lorsque Renoir décide de se consacrer uniquement au cinéma, Louis Baude prend possession de l'ancien atelier de Boué et Petit, à Montigny-sur-Loing, où il produit jusqu'en 1958 des faïences stannifères au grand feu. Les ateliers de Montigny-sur-Loing et de Marlotte resteront parmi les plus féconds et les plus riches de la fin du XIXe siècle.


Catégorie : Céramiques
Style : Art Nouveau
Epoque : 20ème siècle

Prix : 850
Livraison : 45 € en France, sur devis à l'étranger



AEF Back to Top