Vendu

Paire de Candélabres époque Louis XVI en bronze doré (H: 72 cm)

Raffinée paire de grands candélabres fin XVIIIe d'époque Louis XVI travail français attribué à François Remond présentant une structure en bronze finement ciselé et doré à figure féminine mettant en scène des vestales en vis-à-vis vêtues de tuniques au drapé d'une grande virtuosité et coiffées de chignons ornés de fleurs et de perles, elles tiennent des cornes d'abondances torses d'où émergent des pampres de vignes et des bouquets à branches de rinceaux, les bobèches sont formés de feuillages d'acanthe. Elles reposent sur des colonnes tronquées en marbre blanc de Carrare soulignées d'éléments décoratifs en bronze.

Ce type de candélabres, marqué par le grand goût néoclassique, se distingue par la richesse de son iconographie, la qualité de fonte et de ciselure. Comme cela était très fréquent à la fin du XVIIIe siècle, les artistes puisaient leur inspiration dans le répertoire des sculpteurs de leur temps ; ainsi, la vestale présente dans notre oeuvre, découle de l’Egyptienne au naos. Ces objets ont su séduire une riche clientèle française.

François Rémond figure parmi les grands instigateurs du style Louis XVI dans les années 1770. Son classicisme raffiné se traduit par la présence de figures à l’antique, mais aussi d’ornements et arabesques inspirés de la nature, comme en témoigne notre paire de candélabres, des femmes drapées tenant des fleurs. Rémond aurait exercé entre 1774 – date de son accession à la maîtrise de doreur-ciseleur – et 1806. Son atelier était extrêmement prospère, fournissant les marchands-merciers parisiens Daguerre et Lignereux, les ébénistes Roentgen et Riesener, le ciseleur Gouthière, ou encore l’horloger Lepaute. Il collabora aussi avec des sculpteurs renommés, tels Boizot ou Foucou. Notre bronzier participa en outre à des commandes destinées au comte d’Artois, le futur Charles X, au comte de Soubise et aux ducs d’Orléans ou de Penthièvre. François Rémond est à l’origine de nombreux modèles de luminaires, dont certains sont aujourd’hui conservés au Louvre et dont l’une d’entre elle est comparable à la notre. La profusion des commandes, liée à la vogue des bronzes antiques, explique son intense production. Nymphes et satyres ornent les lumières du comte d’Artois au Temple et à Versailles, tandis qu’un couple de faune et de faunesse embellissent les candélabres de l’impératrice à Fontainebleau. Certains de ses modèles furent produits durant vingt années.

Bibliographies : Les bronzes d’ameublement du Louvre,

Les bronzes dorés français du 18ème siècle et Les bronzes ornementaux et objets montés. Œuvres similaires dans les Collections publiques:

Musée Camondo, Paris

Le Louvre, Paris

Wallace collection, Londres Waddesdon Manor, Londres Metropolitan Museum, New York, USA

Hauteur : 72 cm

Catégorie : Luminaires > Lustres
Style : Louis XVI
Epoque : 18ème siècle

Prix sur demande
Livraison : 65 € en France, sur devis à l'étranger



AEF Back to Top