Louis Ernest Barrias (1841-1905) Sculpture Bronze "Renommée"

Statue en bronze d'époque fin XIXe à décor d'une Renommée ou Victoire ailée signé E. BARRIAS (Louis Ernest Barrias 1841-1905) cachet de fondeur Susse Frères et cachet des bronzes de Paris, épreuve à patine partiellement dorée mettant en scène une jeune femme ailée se tenant sur une sphère et portant une couronne de laurier et un sceptre, elle repose sur un socle cubique biseauté en marbre d'onyx. Bon état, quelques usures à la patine, dimensions: 40 cm de haut X 20 cm de large X 20 cm de profondeur. (A noter en référence un modèle identique vendu 3500€ aux enchères chez Aguttes le 12 décembre 2014)

Bibliographie: "Susse Frères 150 years of sculture 1837-1987" Edition Susse frères paris, Paris, 1992, modèle reproduit à la page 191 et dans l'ouvrage "Les Bronzes du XIXe siècle, Dictionnaire des sculpteurs" par Pierre Kjellberg aux Éditions de l'Amateur modèle reproduit aux pages 48 et 51.

Louis-Ernest BARRIAS est né à Paris en 1841 dans un milieu modeste, fils d’un peintre sur porcelaine et frère cadet du peintre Felix-Joseph Barrias (peintre d’Histoire et sujets religieux - Grand prix de Rome pour la peinture (1844-1850) il débute ses études artistiques en étudiant la peinture avec Léon Cogniet avant de rapidement s'orienter vers la sculpture. C’est dans l’atelier de Jules Cavelier qu’il apprend à connaître, aimer les matières et acquière les pratiques du métier, la taille de la pierre et du marbre, la ciselure et la gravure du bronze. Lorsqu’en 1858 il entre à l'École des beaux-arts de Paris sous la direction du sculpteur François Jouffroy, il a déjà acquis une habileté et une expérience supérieure à beaucoup de ses camarades. En 1861 il obtient le Deuxième Grand prix de Rome et la même année il expose au Salon . Barrias commence alors à se forger une réputation comme portraitiste. Le jeune homme complète ses études décoratives chez Mathurin Moreau, il réalise quelques travaux à l'Opéra de paris ainsi que les statues de Virgile et du Printemps (1865) dans l'hôtel de Païva. En 1865 il reçoit le Grand prix de Rome pour un bas-Relief. Barrias part alors pour l’Italie, voyage et parfait son instruction, tout en faisant ses envois réglementaires, une Ronde de Faunes et Bacchantes et un buste de Jeune Romain. Alors qu’il vient d'envoyer au Salon sa deuxième série, la Fileuse de Mégare (1869), et qu’il achève le Serment de Spartacus, la guerre franco-prussienne éclate en juillet 1870. Il rentre en France et s'engage dans les mobiles de la Marne. La guerre finie, il se remet au travail et reçoit la première médaille au Salon de 1872. Premier rouvert après la guerre, y sont présentés présentés côte à côte - La Jeanne d’Arc, par Chapu - Le Corneille, par Falguière - Le David vainqueur, par Mercié et Le Serment de Spartacus, par Barrias.En 1884 Barrias remplace Auguste Dumont à l'Institut de France, puis prend la succession de son maître Cavelier comme professeur à l'École des Beaux-Arts, jusqu’à sa mort en 1905.

Tout le long de sa carrière Barrias a reçu de nombreuses commandes publiques (Hôtel de Ville de Poitiers, Opéra de Paris, Palais du Louvre, Hôtel de Ville de Paris, la Sorbonne, Le Muséum d'histoire naturelle de Paris… ) et privées. La majeure partie de son œuvre est visible dans les lieux publics à Paris, au musée d'Orsay au cimetière du Père-Lachaise et de Montmartre.


Catégorie : Oeuvres d'art
Style : Art Nouveau
Epoque : 19ème siècle

Prix sur demande
Livraison : 45 € en France, sur devis à l'étranger



AEF Back to Top