Henri sauvage, 1853-1912.

Cette huile sur toile, signée Henri Sauvage, évoque les maisons paysannes, accolées aux coteaux, des bords de Loire. Une jeune fille, tenant d’une main une quenouille, file de la laine et l’enroule sur un fuseau qui pend au bout de sa main. Derrière elle une maman semble bercer son enfant, assise dans l’herbe, devant la maison. Cette peinture « paysanne » évoque certaines œuvres de Corot ou de Trouillebert, tous deux peintres de l’école de Barbizon, ils se sont évertués à planter leurs chevalets en extérieur afin de saisir sur le vif et de représenter avec poésie, des instants de la vie paysanne. Henri Sauvage, à l’instar de ces deux artistes, s’est fait lui aussi le chantre de la campagne et de ses habitants.
Henri Charles Sauvage est né en 1853, il meurt à Blois en 1912, artiste éclectique il fut à la fois peintre, sculpteur, céramiste et même ébéniste, élève de Charles Busson à Montoire-sur-le-Loir puis de Léon Bonnat et de Fernand Humbert à Paris. En 1877 il voyage en Italie et expose la même année aux Salons Parisiens. Il s’établit définitivement à Blois à l’âge de 37 ans. Gérald Schurr lui rend les honneurs dans son ouvrage : « 1820-1920. Les petits maitres de la peinture valeur de demain ». Il dit de sa production : « Une œuvre d’une rare variété à la fois dans l’inspiration et la facture.»…. « Il aborde dans le même temps le portrait et la nature morte, l’histoire et la mythologie, les scènes paysannes et les intérieurs d’église…. ». Il reçut une mention honorable en 1885
Peintre de talent, quelques-unes de ses œuvres sont conservées dans différents musées, parmi ceux-ci, les musées de Blois, de Châteauroux et de Lisieux.
Huile sur toile signée en bas à gauche et datée 1880.
Dimensions : cadre 47,5 cm x 54,5 cm, Châssis 46 cm x 38,5 cm

Largeur : 47,5 cm
Hauteur : 54,5 cm

Catégorie : Objets de décoration
Epoque : 19ème siècle

Prix : 950

Voir le site du marchand



Voir tous les objets similaires
AEF Back to Top