Jardiniere Console Empire

Élégante jardinière d'apparat formant console aux griffons d'époque début XIXe période Empire-Restauration vers 1815 à structure en acajou massif et placage d'acajou flammé présentant une partie haute en doucine ornée d'une importante frise en bronze doré figurant des griffons affrontés à une vasque, le plateau reçoit un grand bac de jardinière souligné d'une galerie en arcades en bronze doré, l'ensemble repose sur un piétement antérieur en jarret terminé par des griffes rejoignant une base plinthe à décrochement sur fond encadré de deux montants équarris et reposant en façade sur deux important pieds à griffes. Ce meuble illustre brillamment la manière dont la jardinière, meuble d'agrément apparu à la fin du XVIIIe, dont la féminité le caractérisait pour se transformer sous la période Napoléonienne en autel antique voire en monument guerrier. Très bel état de conservation et d'usage, dimensions: 92 cm de haut X 81 cm de long X 45 cm de profondeur. Le griffon est un animal au corps de lion, à tête, serres et ailes d’aigle. Dans l’empire assyrien, aux premiers temps de son existence reconnue, les griffons avaient le rôle de gardien du seuil. On les postait de chaque côté des portes, afin qu’ils impressionnent les visiteurs et qu’ils surveillent le palais et le temple.Ils avaient aussi la charge symbolique de surveiller l’arbre de vie, la colonne ou la déesse : les représentations montrent deux griffons affrontés les protégeant. Le trésor, au départ, sera l’arbre de la connaissance, la colonne centrale du temple, puis prendra la forme du vase sacré, celui qui contient le vin du dieu Dionysos et supervise son caractère, le sang de la terre, le prana, la source. Le vase sera aussi la représentation de la déesse, il sera alors la force et la sagesse qui protègent la beauté. Les deux griffons affrontés autour du calice vont boire à la source, la connaissance, qui peut-être se tient dans Béatrice, la déesse, le féminin sacré…Sa tâche est donc de surveiller et protéger la Source. De là provient peut être le nom de griffon que l’on donne à l’émergence des eaux… Le griffon représente la force qui relie l’esprit et la matière, le haut et le bas, le ciel et la terre, le cosmique et le tellurique. Il deviendra protecteur des frontières, passeur d’un monde à l’autre, maitre du destin qui venge l'injustice sur terre. Jadis, on l’appelait le sauveteur.Dante lui prête quand à lui le pouvoir de rendre un trésor (l’or, représentation solaire par excellence) aux hommes, la connaissance, celle que le héros doit conquérir.L’Islam lui porte des pouvoirs protecteurs : « Bénédiction parfaite, bien-être complet, joie parfaite, paix perpétuelle et santé parfaite, et bonheur et bons augures pour le propriétaire »L’art roman, qui parle le langage des oiseaux, s’en servit beaucoup. Il est représenté sur les piliers à l’endroit où les forces cosmiques et telluriques se rejoignent dans une église, au point d’entrée de la lumière dans le sanctuaire.L’art roman transmit le griffon à l’héraldique, où il devient un emblème associant le courage et la force du lion à la ruse et la vigilance de l'aigle. La première basilique Saint-Pierre de Rome, bâtie par l’empereur Constantin au début du IVe siècle, était précédée d’un atrium rectangulaire que l’on appelait le Paradis. Au centre se trouvait une fontaine ornée de 4 griffons et surmontée d’une pomme de pin. Dans la symbolique chrétienne, la pomme de pin représente le fruit de l’arbre de vie, la glorification de la fécondité, l’éternel retour de la vie, l’immortalité.


Catégorie : Tables anciennes > Consoles
Style : Empire
Epoque : 19ème siècle

Prix : 2800



AEF Back to Top