Verrière en faïence des Islettes - Le Bois d' Epense, début XIXe siècle.

De forme oblongue et reposant sur un talon, cette verrière présente sur chaque face un décor au chinois de qualité contournée encadré de part et d' autre d' une réserve ornée d' un motif floral. Elle présente aux extrémités deux petite prises ornées de peignés réhaussé de carmin.
En faïence polychrome et parée d' un beau décor au petit feu, elle peut être attribuée sans la moindre hésitation aux Islettes - le Bois d' Epense. Son personnage est appelé type de Dupré, du nom d' un des célèbres peintres de la manufacture au tout début du XIXe siècle. Dorothée Guillemé Brulon nous décrit dans son histoire de la faïence française les chinois qu' il peint de la manière suivante « Une autre représentation plus rustique mais pleine de vie se singularise par des chinois à la main affublée d' un gros index tendu. C' est une manière expéditive de résoudre la difficulté de peindre une main. Cette production révèle une facture simplifiée et vraisemblablement un choix délibéré du peintre … Les chinois dits de Dupré datent du début du XIXe siècle et perdurent jusque vers les années 1830... leur habillement est également particulier : ils revêtent une robe plus ou moins ample qui couvre les genoux, laissant apparaître un pantalon bouffant ; une petite cape ou un foulard agrémente le col de la robe retenue parfois par une ceinture. La recherche des costumes, la gestuelle, le modelé des visages reflètent une certaine qualité picturale. »
Sautes d' émail et égrenures
Epoque début XIXe siècle
Dimensions longueur 33 cm, largeur 17 cm, hauteur 11,5 cm


Catégorie : Arts de la Table
Epoque : 19ème siècle

Prix : 480

Voir le site du marchand



Voir tous les objets similaires
AEF Back to Top